Philippe Masset

Engineer at Buffer.

Islande, terre pas si hostile que ça

August 2011

Serviette Icelandair

Quand on entend parler de l'Islande dans les médias, il y a de fortes chances que ce soit parce que l'un de leurs volcans fait des siennes. Bien que les volcans soient une partie intégrante de l'île, cette dernière a beaucoup plus à offrir.

J'ai posé les pieds sur la terre de glace cet été, et si je devais en retirer une seule phrase, ce serait "Ouah, c'est beau !".

Parce que la chose qui marque le plus, c'est l'immensité et la beauté des paysages. Les grandes étendues de vert, les longues coulées de lave, les gigantesques glaciers ... Tout est démesuré, c'est la nature à son état le plus sauvage. Grandiose et intimidant à la fois.

Le lac Jökulsárlón, avec le glacier Vatnajökull en arrière-plan.

Le lac Jökulsárlón, avec le glacier Vatnajökull en arrière-plan.

L'Islande, c'est vide. Non franchement, avec ses un peu plus de 310 000 habitants, la population d'Islande représente à peu près 14% de celle de la ville de Paris, c'est pour dire. L'île a une moyenne de 3 habitants par km² ! TROIS ! Et encore, c'est sans dire que la région de Reykjavík (la capitale) compte à elle seule les deux tiers de la population totale du pays ! Imaginez la densité de population dans le reste du pays ! Ainsi, une fois sortis de la capitale, on a de la chance si on rencontre deux maisons espacées de moins de 10km.

D'ailleurs, quand on sort de la capitale et qu'on veut visiter l'Islande, la direction à prendre est simple : la Route 1 fait le tour de l'île, en suivant plus ou moins rigoureusement la côte. Cependant, la route a beau être longue, elle n'en est pas plus large : une fois une voie, l'équivalent d'une route départementale en France. Ayant voyagé l'été, son état était correct (à part quelques passages avec un revêtement à base de graviers), mais la proximité des glaciers et de la neige laisse le doute sur sa praticabilité l'hiver. Ça doit être pour cette raison que les gros 4x4 sont l'espèce dominante en Islande.

La Route 1 en Islande.

La Route 1.

Anecdote intéressante, le Français que je suis, persécuté par les radars et les contrôles de police, a été surpris par l'absence totale de ceux-ci sur les routes d'Islande. Je ne vous dis pas la sensation de liberté qui en découle, d'autant plus que les gens ne sont pas pour autant irresponsables au volant.

D'ailleurs, les Islandais sont aussi accueillants, et sympathiques pour la plupart. La mentalité est différente qu'en France. Il y a du bon des deux côtés bien entendu, mais pour ne citer qu'un exemple, dans les supermarchés en Islande, il n'y a pas de serrure sur les caddies. Et pourtant, pas aucun caddie ne traîne, abandonné comme un malpropre par un client un peu trop pressé.

Le skyr, yaourt Islandais.

En parlant de supermarchés, si il y a une chose qu'on est sûr de manger en Islande, c'est du skyr. C'est similaire au yaourt que l'on connaît par chez nous, mais plus consistant. Et on en mange à toutes les sauces ! (Non, ça ne se mange pas avec de la sauce.) Nature, aromatisé, saupoudré de sucre, accompagné de céréales ou servant de base dans un dessert plus élaboré ... Je ne suis pas sûr d'avoir passé un seul jour sans en manger !

Bon, assez parlé de bouffe, repassons aux choses sérieuses. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi il y avait autant d'activité volcanique en Islande ? Tout simplement parce que le pays se situe sur la dorsale médio-atlantique, la séparation entre les plaques tecktonik tectoniques eurasienne et nord-américaine. Et j'ai marché dessus ! Bon, c'était un sentier en terre, pas un gouffre béant rempli de magma, mais en prenant un peu de recul c'est tout de même impressionnant !

La faille Almannagjá.

La faille Almannagjá.

Être situé sur une zone de rift induit aussi une température potentiellement très élevée sous la croûte terrestre. L'Islande ne s'y est pas trompée, puisque la quasi-totalité des habitations sont chauffées grâce à l'énergie produite par des centrales géothermiques. Le surplus d'eau chaude est rejeté à la surface, formant des petits ruisseaux d'eau fortement chargée en silice, leur donnant une apparence laiteuse mais aussi et surtout une odeur très caractéristique. Ça sent l'œuf quoi !

Centrale géothermique de Krafla, dans le nord de l'Islande.

Centrale géothermique de Krafla, dans le nord de l'Islande.

Près de Reykjavík, le lagon bleu récupère ainsi l'eau chaude en provenance de la centrale voisine pour alimenter une immense piscine d'extérieur avec une eau à 38°. Quand on sait que la journée, en été, la température de l'air oscille entre 6° et 12°, ce n'est pas difficile d'imaginer qu'une fois dans l'eau, on ne veut plus en sortir !

Oui, la météo n'est pas le point fort de l'Islande. Il y a du vent, il fait froid, et il pleut souvent. Mais quand on a grandi en passant ses étés dans le Pas-de-Calais, ça rend les choses plus acceptables. Quoique ... Mais bon, quand on n'est pas paumé au fin fond de la campagne Islandaise (c'est à dire pas très souvent), on peut toujours trouver du réconfort en mangeant des spécialités du coin dans un petit resto.

C'est ce qu'on a fait au Kántrýbær, où ils servent les MEILLEURS burgers du monde ! (Oui bon, les burgers c'est pas une spécialité, mais c'est trop cool.) Donc si un jour vous passez à Skagaströnd, petite ville du nord-ouest de l'Islande, et que vous aimez les burgers, vous DEVEZ vous arrêter à ce restaurant, sans déconner.

Kántrýbær, Skagaströnd, Islande.

Et puis, au Kántrýbær, les serveuses sont toutes des jeunes blondes à forte poitrine ! Je dis ça comme si c'était uniquement le cas dans ce restaurant, mais pas du tout. (Du moins pour la partie "jeune", le reste sort de mon imagination.) Partout en Islande, on est surpris par la moyenne d'âge des salariés. Tous les postes saisonniers sont occupés par des étudiants. Le taux de chômage (7%) ne permet pas à lui seul de justifier ce fait, mais les zones en dehors de la capitale doivent sans aucun doute manquer de main d'oeuvre, d'où l'embauche massive de jeunes Islandais.

Pour en revenir aux spécialités culinaires de l'Islande, en dehors du skyr dont j'ai déjà parlé, il y a le mouton. Forcément, il y a des moutons partout en Islande ! Et quand je dis partout, c'est PARTOUT ! Pas étonnant, il y a plus de moutons que d'hommes en Islande. (Sans rire !) Ainsi, ce n'est pas rare de voir des panneaux "attention traversée de moutons" sur la route, ni d'avoir à donner des gros coups de freins pour ne pas écraser l'une de ces pauvres bêtes à poils.

Moutons, Islande.

En effet, en Islande, les moutons sont en liberté. Du moins durant le printemps et l'été. Ensuite, tous les éleveurs partent en expédition. (Souvent accompagnés de touristes, il faut bien trouver l'argent là où il est après la crise dont le pays a été victime en 2008.) Durant cette expédition, les campagnes Islandaises sont parcourues par les cavaliers, qui rassemblent tous les moutons afin de les départager à la louche plus tard.

Vous devez vous dire qu'il en faut des chevaux, pour pouvoir se déployer sur tout le territoire Islandais. Eh bien il y a aussi beaucoup de chevaux en Islande. L'éleveur chez qui nous avons passé une nuit en avait 106, à lui seul. Ce qui nous a d'ailleurs permis de faire une petite balade ce soir là, pour goûter au tölt, allure que seuls les chevaux Islandais connaissent, en plus des allures traditionnelles (pas, trot, galop). On va à peu près aussi vite qu'au trot, mais qu'est-ce que c'est confortable !

Avant de finir ce post, j'aimerais tout de même souligner le fait que nous avons incarné un véritable cliché, à savoir écouter Björk en se promenant sur les routes bordées de volcans d'Islande. Allez faire mieux ! Voilà, article terminé, avec pleins de souvenirs en tête !

Takk, Ísland !

Paysage d'Islande.